Dans le contexte actuel, anorexie mentale et boulimie s’imposent comme des pathologies de plus en plus fréquentes. Dans mon cabinet d’Annecy, je reçois des femmes mais aussi des hommes de tout âge. Mon rôle de diététicienne nutritionniste est alors de vous aider à retrouver le chemin de l’équilibre.

Anorexie mentale : sortir du cercle vicieux

L’anorexie mentale survient le plus souvent à l’adolescence et à la majorité. Si les femmes sont plus touchées, la fréquence des troubles comportementaux alimentaires chez les hommes augmente. A l’origine de ces troubles ? Plus de pressions  sociales et médiatiques exigeantes sur l’apparence et les performances physiques. On retrouve également souvent une parole de trop dans l’entourage et une personnalité exigeante.

L’anorexie mentale s’exprime par une angoisse permanente de prendre du poids entraînant un refus de s’alimenter en fonction de ses  besoins énergétiques, puis rapidement un sous poids, ou un Indice de masse corporelle inférieur à 17,5 kg/m2, enfin associé à la disparition des règles.

L’anorexie peut être restrictive : le sujet refuse de s’alimenter normalement, il lutte contre sa faim et contrôle ses repas au-delà de notre imagination. Angoissé par l’idée de prendre le moindre gramme, il entre dans une obsession calorique qui l’isole socialement, l’empêchant littéralement de vivre comme tout le monde.

L’anorexie mentale peut aussi être associée à la boulimie, elle est alors dite « non restrictive ». La personne est toujours angoissée par son poids mais ne parvient plus à contrôler en permanence son alimentation : affamée, elle lâche prise, dévore, alternant période de restriction alimentaire pouvant aller du jeûne et aux crises de boulimie de puissance variable.

Boulimie : un engrenage dont on peut se libérer

La boulimie nerveuse et l’anorexie mentale cohabitent souvent ensemble. La boulimie permet le lâcher-prise à l’anorexique, enfermé dans un cercle vicieux devenu insupportable. La boulimie peut aussi exister sans être anorexique, alors, entre les crises, les repas sont considérés comme normaux.

On parle plus précisément de boulimie lorsque les crises interviennent régulièrement à la suite d’un élément déclencheur (l’ennui, un état anxieux, la fatigue…) pendant une période de trois mois au minimum. La patiente (ou le patient) peut chercher à annuler les effets de sa crise par un comportement de purge : vomissement, prise de substances purgatives ou bien encore par un exercice physique disproportionné, jeûne…

La personne mange alors une quantité largement plus importante que la normale (de 500 à parfois 15000 calories) dans un temps record (en moyenne deux heures) et perd le contrôle sur le choix des aliments avalés : sucré/salé/sucré/cru/cuit/congelé etc.

Le lâcher-prise laisse vite place à la pesanteur gastrique qui ramène le sujet dans la culpabilité insupportable d’avoir cédé à la tentation. S’ensuit une nouvelle fois, une baisse de l’estime de soi, qui remet le patient au coeur de la restriction cognitive et entretient la maladie.

Anorexie et boulimie un accompagnement spécifique

Ces troubles du comportement alimentaire sont souvent longs et éprouvants pour le patient comme pour son entourage qui ne parvient pas toujours à le soutenir sur la durée.

En dehors des périodes d’hospitalisation en Centre spécialisé ou en Centre Hospitalier, il est important que le patient reste en contact avec un psychologue, un médecin généraliste et un psychiatre.

Lorsque la phase de déni de la maladie est passée, un diététicien formé aux troubles du comportement alimentaire, intervient en collaboration avec les autres partenaires de santé, de manière à aider le sujet à reprendre le poids nécessaire à la guérison.

 

Le diététicien permet un retour à une alimentation choisie, destinée à  réduire les symptômes digestifs (douleurs, nausées, pesanteur gastrique) et à la reprise de poids. Je réconcilie les aliments progressivement avec votre esprit, avec la détermination de ne pas vous « gaver » mais de vous donner envie de revivre. J’accompagne le patient pour l’aider à retrouver ses sensations alimentaires et à lever les mauvaises croyances diététiques.

Formée aux Troubles des conduites alimentaires, je travaille donc dans cet esprit, toujours en collaboration avec vos autres thérapeutes. Cela fonctionne mais cela prend du temps… Je vous propose de le prendre pour sortir enfin de vos troubles alimentaires.

 

Comportement alimentaire compulsif

Anorexie et boulimie sont des comportements qui peuvent avoir plusieurs origines :

  • des déséquilibres nutritionnels (hypoglycémie réactionnelle ; faim excessive)
  • des déséquilibres micronutritionnels
  • des déficits en neuromédiateurs
  • une tension ou pression que l’on ne parvient plus à gérer

L’assiette santé, pensée « chrono et micro » vous aidera à réduire et même assez souvent à faire disparaître ces pulsions à l’origine d’une prise de poids mal vécue.

Pour plus de d'informations
CONTACTEZ-MOI !

Témoignages